Un roman liégeois qui vaut le détour

Un coup de foudre, une histoire intense, des doutes, des incertitudes. « Il portait un pull rouge » est une histoire d’amour moderne et rafraichissante qui ne verse pas dans la niaiserie. Bouchon Mag a rencontré Sophie Francis, l’auteur de ce livre, qui a immédiatement accepté de répondre à quelques questions.

Il portait un pull rougeQui êtes-vous Sophie Francis ?

Je suis une fille [ndlr : liégeoise] de vingt-sept ans, rêveuse et plutôt idéaliste. J’ai un parcours scolaire d’instit’ et un master en arts du spectacle. Je n’ai pas encore trouvé le job idéal mais j’y travaille ! Je me pose un tas de questions sur l’existence, j’aime ce qui est surprenant et crois que la vie est un grand terrain de jeu où le plus important est de se constituer la meilleure équipe possible pour évoluer et se faire plaisir.

Comment résumeriez-vous « Il portait un pull rouge » à ceux qui ne l’ont pas encore lu ?

C’est l’histoire d’une rencontre. Un instant particulier de la vie de Michèle, le personnage que l’on suit dans son quotidien. Elle rencontre Peter dans un bar et en tombe amoureuse au premier regard. Il devient alors son obsession, l’objet de toutes ses préoccupations. Le hasard les place souvent sur la même route et au fil des pages, elle se demande si Peter peut ressentir pour elle ces mêmes sentiments désorientants.

L’histoire de Michèle est-elle autobiographique ?

Non, pas autobiographique. Le livre est rédigé en « je » mais jamais je ne me suis prise pour Michèle. Nous avons des points communs toutes les deux mais ça s’arrête là. Le personnage de Peter est évidemment très inspiré de quelqu’un que j’ai connu mais l’histoire créée autour de ces personnages relève de la fiction. Ceux qui me connaissent me reconnaissent dans cette histoire parce que le ton employé pour l’écriture me ressemble et cette aventure aurait pu être la mienne, tout comme elle pourrait être celle de chacun d’entre nous.

Il portait un pull rougeComment vous est venue l’idée de ce roman ?

Tout est parti de plusieurs événements vécus, de réflexions personnelles mais aussi de l’envie de pouvoir coucher sur papier certaines choses que j’aurais voulu retrouver dans des histoires de ce genre et qui me « manquaient » en tant que lectrice. Il faut dire que j’ai toujours adoré raconter des histoires, j’ai beaucoup d’imagination. C’est le cinéma qui m’a ouvert les yeux et prouvé qu’on pouvait raconter des histoires à l’infini. Il m’a montré comment préciser des personnages, comment choisir des couleurs aux séquences racontées. Et puis, c’est peut-être bête mais il y a beaucoup la musique aussi. J’écris toujours en musique et ça développe l’imaginaire à un point démentiel.

Qu’est-ce qui vous a poussée à le faire publier ?

Les retours de ceux qui avaient accepté de me lire sans que le manuscrit ne soit destiné à un quelconque avenir. J’ai alors pensé que si cette histoire pouvait plaire à quelques personnes, elle pourrait plaire à un plus grand nombre. Et puis, il y a cette envie de faire vivre et exister en dehors de soi ces personnages et de faire lire certaines choses que l’on a envie de défendre et partager.

Il portait un pull rougeQue conseilleriez-vous aux écrivains en herbe qui hésitent à se lancer ?

De se lancer, justement ! Aujourd’hui, c’est possible de publier sans devoir passer par des « grandes » maisons d’édition. Ce n’est pas toujours la meilleure solution mais c’est faisable. C’est souvent compliqué de croire en la qualité de son propre travail mais c’est pour ça qu’il faut s’entourer des autres et leur faire confiance en mettant notre propre ego de côté.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Je débute peu à peu l’écriture d’un deuxième livre mais j’en suis toujours aux étapes de tâtonnement. J’ai ouvert un blog d’écriture (http://www.myowntown.be/) où je publie régulièrement des articles d’humeur sur des sujets très variés. J’ai vraiment envie de vivre de l’écriture d’une façon ou d’une autre mais ce projet-là ne dépend pas que de moi, c’est toujours une voie compliquée et sinueuse.

 Entretien réalisé par M.W.

« Il portait un pull rouge » de Sophie Francis, publié chez Edilivre et illustré par Carole Wilmet. Disponible au prix de 18 euros chez Wattitude ainsi qu’à la librairie de l’Avenue (Grivegnée) ou encore sur le site de la Fnac et sur Amazon (moyennant des frais de port). Toutes les informations et bien d’autres encore se trouvent sur la page Facebook. Possibilité de commander le roman par l’intermédiaire de l’auteur, qui se fera un plaisir de vous aider.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s