JF Foliez’s playground : quand le jazz est là

Après plus de 15 années de préparation, le clarinettiste liégeois Jean-François Foliez sort son tout premier album intitulé « Lagune ». Bouchon Mag, qui a eu la chance de le découvrir en avant-première ce vendredi 29 avril au Théâtre de Liège, vous livre ses impressions.

© Etienne Morsa

Bon, soyons francs, les jazzmen et moi, c’est un peu comme les Beatles et le Grand Jojo : on n’a pas vraiment les mêmes goûts ! Je dois avouer que c’est avec cet a priori que je suis arrivée au concert de Jean-François Foliez ce vendredi soir. Je reconnais que c’est génial qu’un jeune Liégeois sorte un album de jazz, qu’il parvienne à se faire une place parmi les plus grands de ce milieu et que son travail soit salué par les mélomanes les plus aguerris. Mais pour ma part, j’ai un peu peur de ne pas pouvoir apprécier ce spectacle à sa juste valeur. Chut, ça commence !

JF Foliez
© Etienne Morsa

Le quartet s’installe et entame « Lagune » et « Platinum », deux compositions originales de J-F Foliez. Après quelques notes seulement, le public semble conquis. Les morceaux s’enchaînent et je me surprends à laisser valser mes pensées au rythme des mélodies. Je plonge dans des histoires dont la clarinette, le piano, la batterie et la contrebasse sont les narrateurs. Deux jeunes danseurs entrent alors en scène, Sep Vermeersch et Alexia Legoueix nous font une superbe démonstration de swing et de lindy hop…le tableau est à couper le souffle.

À mon plus grand plaisir, les surprises ne font que commencer. Le clarinettiste invite ensuite ses mentors Jean-Pierre Peuvion, Garett List et Steve Houben à le rejoindre sur scène pour partager de fabuleux moment musicaux. Mon préféré reste la performance du talentueux Guy Cabay au vibraphone. Jean-François Foliez a cette incroyable capacité de rassembler de multiples disciplines et instruments autour de sa seule clarinette. Quel talent, quels artistes ! Le spectacle se finit en apothéose avec une déclamation de l’acteur Fabrice Adde et la projection d’un film d’animation, le tout emporté par la puissance d’un orchestre classique. Monsieur Foliez, je vous tire mon chapeau !

M.W.

Pour suivre l’ascension de Jean-François Foliez , ça se passe sur sa page Facebook !

Advertisements

3 thoughts on “JF Foliez’s playground : quand le jazz est là

  1. Bien heureux que mes photos vous plaisent, si je les mets avec plaisir à disposition de JF Foliez lui-même..je m’attend à un de respect si vous vous dites magazine de citer l’auteur…E.Morsa. Merci

  2. Cela serait fair play de créditer les photos à l’auteur…Mes prochaines photos seront taggé avec mon nom dessus comme le font les autres…

    1. Bonjour ! Toutes nos excuses pour le copyright. L’auteure, M.W., nous avait bien transmis les références. Celles-ci étaient encodées sur le site, mais une erreur de manipulation les a masquées à la vue des internautes. En espérant votre pardon pour cette erreur technique et humaine, mais certainement pas malhonnête. Merci pour ces belles photos !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s