Une nouvelle saison riche et variée en perspective au Théâtre de Liège

La saison 2015-2016 n’est pas encore terminée que le Théâtre de Liège dévoile déjà le programme de l’année prochaine. Il s’annonce riche et varié, surfant sur la vague du succès de ces trois dernières saisons. Serge Rangoni, directeur du théâtre, nous en dit plus.

Théâtre de LiègeLe Théâtre de Liège, autrefois installé place de l’Yser, connaît un succès exponentiel. En octobre 2013, l’institution a pris ses quartiers dans le remarquable bâtiment de la Société Libre d’Emulation, en plein centre-ville. « La saison écoulée est celle qui concrétise le projet auquel nous voulions aboutir. Nous désirions un théâtre qui soit très ancré dans la ville grâce à une série de collaborations notamment avec la Cité Miroir, mais qui soutienne également des artistes issus de la Fédération Wallonie Bruxelles. Je pense que nous avons atteint notre grande ambition : faire du Théâtre de Liège la première scène de Wallonie », explique le directeur.

Avec plus de 50.000 spectateurs au compteur en 2015, le Théâtre de Liège s’inscrit comme une référence culturelle en Cité ardente. Afin de continuer sur sa lancée, le Théâtre de Liège promet une saison 2016-2017 hétérogène, avec des thématiques variées allant de l’euthanasie à la question migratoire, en passant par la libération sexuelle. « Nous sommes un théâtre de service public, nous cherchons donc à nous adresser à tout le monde. Nous proposons du divertissement, des spectacles familiaux, des pièces thématiques sur des sujets de société, etc. », raconte Serge Rangoni. « Nous essayons d’ouvrir la culture à un large public. Notre bâtiment peut parfois un peu impressionner mais il est important de nous produire au-delà des murs. C’est pour cela que nous ouvrons la saison avec le pic-nic urbain dans lequel le public pourra visiter gratuitement les locaux du théâtre mais aussi assister à deux pièces ou inscrire ses enfants à un atelier de pyrotechnie. L’objectif est de lutter contre un certain éclectisme ».

Théâtre de LiègeLe pic-nic urbain ne sera pas la seule activité originale au programme cette saison. Chaque année, le théâtre tente de trouver une nouvelle méthode afin d’interagir avec le public. Un arc-en-ciel pour l’Occident chrétien proposera 16 ateliers de rencontre dans lesquels le metteur en scène Pietro Varrasso et les acteurs amèneront les participants à travailler sur la voix et le corps, tout cela autour du thème des rituels vaudou haïtiens. Le spectacle proposera, en plus de l’atelier, des conférences et des films sur Haïti.

Pour la septième fois, le Théâtre de Liège soutiendra le Festival Emulation, véritable vitrine pour la jeune garde théâtrale émanant de la Fédération Wallonie-Bruxelles. On y retrouvera notamment la pièce 14 juillet, écrite et interprétée par l’acteur liégeois Fabrice Adde, connu pour son rôle dans « The Revenant ».

Les pièces classiques feront, elles aussi, partie de la sélection de cette année. « Je suis de ceux qui pensent que le classique est essentiel. Sans connaître les normes, comment voulez-vous en sortir ? », confie le directeur. Le spectateur aura l’occasion d’admirer Le Cid de Pierre Corneille ou bien le spectacle à la mise en scène rock’n roll La folle journée ou le mariage de Figaro de Beaumarchais, pour ne citer qu’eux.

Le mariage de FigaroLe théâtre reste évidemment l’activité principale de l’institution. Cependant, le spectateur aura l’opportunité d’assister à des spectacles de danse et de nouveau cirque mais également de flâner dans trois expositions. Comme nous l’avions déjà mentionné sur Bouchon Magazine, le MADmusée connaît des problèmes financiers. Son lieu d’exposition étant en cours de transformation, le musée liégeois réalise des projets hors les murs. « Je dois dire que la collaboration avec le MADmusée était exceptionnelle. Il est rare d’avoir une expérience aussi enrichissante au niveau du contenu. Le MADmusée fait un travail monstrueux et possède une collection qui est, à mon sens, une vraie pépite. Ils ont des difficultés à propos de leurs subventions mais malheureusement, on ne se rend jamais compte du travail effectué derrière et on ne mesure pas l’importance de l’art différencié. Comme le dit Jean-Pierre Hupkens, échevin de la culture, réduire le budget culturel est une mauvaise idée. Je suis ravi de pouvoir soutenir leurs activités », déclare Serge Rangoni.

Et pour ceux qui s’interrogeraient sur le départ imminent du directeur, rassurez-vous : ce n’est pas encore pour tout de suite. « J’ai posé ma candidature au Théâtre National, mais rien n’est fait. Il est vrai que j’ai beaucoup hésité à partir ou non car le projet de rénovation du Théâtre de Liège me tient énormément à cœur. Seulement, je pense que chacun doit faire son temps. Les choses évoluent, les jeunes doivent prendre le relais. Cela permet d’apporter un autre regard », conclut le directeur du Théâtre de Liège.

J.F.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s