Déborah François : « Le genre policier est un bonbon… acide »

Bouchon Magazine a rencontré Déborah François. L’actrice liégeoise nous fait part de son état d’esprit en tant que présidente du jury du 10ème Festival International du Film Policier de Liège.

Déborah FrançoisVous êtes la présidente du jury dans ce festival. Pourquoi avoir accepté cette responsabilité ?

Cela me semblait évident étant donné que le festival se déroule chez moi, à Liège. Lorsque l’on m’a proposé ce poste, je me suis dit une chose : « Quoi de mieux que de se retrouver dans sa ville d’origine pour effectuer sa première présidence de jury ? ». Je trouve ce choix logique et cohérent. J’espère qu’il va me porter chance !

Vous aviez déjà troqué votre casquette d’actrice contre celle de membre d’un jury, notamment au 8ème Festival de Beaune qui vient de se clôturer. Comment se sent-on lorsque l’on est de l’autre côté de la barrière ?

C’est stressant et ça l’est encore plus en tant que présidente ! Je dois vous avouer que lorsque je suis membre d’un jury, je me repose un peu sur le président. Je me dis qu’au pire, il rattrapera le coup. Mais là c’est moi qui dois dire quelque chose ! (rires) Pour le moment, les discussions et les négociations n’ont pas encore commencé. Nous n’avons vu qu’un seul film et nous préférons avoir davantage de matière avant d’en discuter. Pour le moment, le seul stress a été d’être à l’heure dans la voiture pour mes différents rendez-vous ! (rires)

Sur quels critères allez-vous vous baser pour juger les huit films en compétition ?

Je pense qu’un bon film est tout d’abord un film qui vous emporte. Si vous devez vous interroger sur la qualité du film au moment où vous le regardez, c’est déjà mal parti… Etant comédienne, je vais axer davantage mon jugement sur le jeu des acteurs mais j’essaie que ça ne soit pas le seul critère décisif ! Le prix d’interprétation me tient vraiment à cœur.

Hâte d’en voir un en particulier ?

Oh, je n’ai pas envie de le dire avant de les avoir tous vus. Je pense que ça ne serait pas gentil ! (rires) Dans les festivals de cinéma, on est souvent agréablement surpris par un film que l’on n’avait pas spécialement envie de voir. On ne s’attend à rien donc on n’est pas déçus ! Personnellement, je ne lis jamais les résumés avant de m’asseoir dans la salle de projection. Cela me permet d’être plus objective et surtout de ne pas être « spoiliée » comme on dit !

Qu’appréciez-vous dans le style du film policier ?

Le genre policier est facile d’accès pour le grand public. On peut le comparer à la comédie. J’ai envie de dire que le genre policier est un « bonbon acide » : simple à suivre et riche en rebondissements. En outre, le festival donne l’opportunité au spectateur de sortir des clichés hollywoodiens et d’admirer des œuvres de différentes nationalités. Un conseil : allez voir du cinéma autre qu’américain.

Déborah FrançoisVous avez commencé votre carrière dans « L’enfant » des frères Dardenne en 2005. Vous avez parcouru un beau et long chemin depuis ! Que ressentez-vous à l’idée de revenir chez vous onze ans après ?

J’ai une maison à Liège donc je reviens de temps en temps, principalement pour rendre visite à ma famille. J’ai habité longtemps ici mais au bout d’un moment, j’avais l’impression de vivre dans le Thalys. (rires) C’est toujours agréable d’être chez soi et je n’aurais pas imaginé me retrouver présidente d’un jury un jour.

Que pensez-vous du patrimoine cinématographique liégeois ?

Je trouve que pour une petite ville comme Liège, le cinéma est très présent ! Beaucoup d’acteurs et de réalisateurs en sont originaires. Pour la petite anecdote, je viens d’apprendre que les frères Dardenne étaient nommés au Festival de Cannes avec leur dernier film « La fille inconnue ». J’en suis ravie ! (Les réalisateurs avaient reçu la palme d’or pour « L’enfant » dans lequel Déborah joue une jeune mère sensible, NDLR). D’une manière générale, je pense que le cinéma francophone belge est très riche. Je regrette seulement le manque d’échanges avec le cinéma flamand car il est très intéressant, surtout en ce moment !

Pas de projet en Cité ardente en perspective ?

Pas encore, mais j’attends ! Appel à candidatures !

J.F.

Fin 2016, retrouvez Déborah François dans le film « Ma famille t’adore déjà » de Jérôme Commandeur aux côtés d’Arthur Dupont, Thierry Lhermitte et Marie-Anne Chazel.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s