SilverRat Band : silence, ça pousse !

Bouchon Magazine est allé à la rencontre de la formation SilverRat Band. Adrien Sezuba, le chanteur, nous en dit plus sur les origines du groupe liégeois aux sonorités jazz et hip hop !SilverRat Band

Peux-tu me raconter l’histoire du groupe ?

Le groupe est né fin 2008, début 2009. C’est vraiment le fruit du hasard, voire même de la magie. Il faut savoir que je faisais initialement partie de la formation « Panic room », une structure de management pour DJ et Beatmaker créée par DJ Sonar. On m’a alors demandé d’écrire des textes pour le festival Un éléphant dans la ville, organisé par le collectif liégeois Du Lion. Au départ, je pensais que d’autres personnes allaient chanter mes textes, pas moi ! (rires) J’ai ensuite rencontré les quatre musiciens qui allaient m’accompagner sur scène dans le cadre du festival. On ne pensait pas que la formation du groupe allait durer car il s’agissait d’une prestation ponctuelle. On s’est rappelé un mois après la fin de l’événement en se disant qu’on avait planté une graine, alors pourquoi ne pas la faire germer ?

SilverRat BandVous formez depuis lors un vrai quintet !

Oui, SilverRat Band est composé de cinq membres, tous d’univers différents. Certains sont issus du conservatoire, d’autres enseignent la musique, etc. Michel Debrulle est à la batterie, Clément Dechambre et Véronique Delmelle au saxophone, Véronique Laurent au tuba tandis que je suis cantonné aux rôles de chanteur, rappeur et parolier.

Pourquoi décider de s’appeler SilverRat Band ?

Le nom du groupe vient de mon nom de scène personnel « Silver Rat », qui est un hameçon d’origine irlandaise. Il ne faut pas le traduire par « le rat argenté», comme les gens ont l’habitude de le faire (rires).

Comment décrieriez-vous votre style ?

Je dirais que nous représentons la beauté du choc entre deux cultures : le jazz et le hip hop. Nos chansons sont le fruit d’un mélange énergique. Certains disent que notre texture rappelle celle du jazzmatazz ou de la fanfare par le biais des percussions et du saxophone.

D’où vient cette envie de fusionner les deux genres ?

Il s’agit d’une volonté personnelle avant tout. Je suis très inspiré par l’univers d’artistes tels que Missy Elliot et j’ai toujours désiré chanter avec une fanfare. La vie a fait que j’ai pu rencontrer mes camarades grâce au projet musical d’Un éléphant dans la ville. Le groupe est un vrai petit miracle finalement ! Je pense que lorsque l’on veut quelque chose, il faut y croire.

SilverRat BandVous chantez aussi bien en français qu’en anglais. Pourquoi ce choix ?

Ma langue maternelle est le français, mais j’ai réalisé la plupart de mes études en anglais. Le mélange des styles vient tout simplement de mon vécu. Je choisis la langue dans laquelle écrire mon texte en fonction du sujet. Cela relève de l’écriture instinctive et naturelle. J’ai parfois plus facile d’employer une langue plutôt que l’autre, je n’y réfléchis pas à vrai dire.

Vous avez sorti votre premier EP « Transmigrant » fin 2015. Que raconte-t-il ?

« Transmigrant » est un titre que l’on peut prononcer tant en anglais qu’en français. Son aspect international était voulu. Notre EP est composé de cinq chansons dans lesquelles on retrouve la thématique de l’amour, de l’acceptation de l’autre, du voyage et de la fête.

Le titre rappelle quelque peu notre triste actualité…

C’est bizarre, mais oui ! On a enregistré notre opus en 2014, période durant laquelle on ne faisait pas encore face à ce malheureux afflux de migrants et à ce contexte géopolitique. L’EP est sorti fin 2015 et colle du coup à l’actualité, tant par son titre que par les thèmes abordés. Je pense que nous sommes tous l’étranger de quelqu’un et qu’il faut prôner le respect d’autrui. Et puis… profitons de chaque moment que la vie nous offre !

SilverRat BandDe nouveaux projets en vue ?

Pour le moment, je rédige de nouvelles chansons. Je viens de terminer un texte à propos de l’utilisation des réseaux sociaux dans notre société. On aimerait également sortir un clip et un nouvel EP. Est-ce que l’on pourra tout concrétiser ? Seul le temps nous le dira !

J.F.

Retrouvez SilverRat Band en live le 4 juin Place Xavier-Neujean dans le cadre du best-of du collectif Du Lion  et le 18 juin au Hangar.

Advertisements

One thought on “SilverRat Band : silence, ça pousse !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s