Le BAM Festival vous emmène sur son terrain de jeu digital

Dès ce jeudi et jusqu’à dimanche, le BAM Festival investit la Caserne Fonck pour une deuxième édition riche en découvertes digitales. A travers une exposition, des performances, des conférences et des workshops, les participants découvriront les dernières créations d’artistes numériques venant des quatre coins du globe.

BAM Festival

A cette occasion, Bouchon Mag a discuté avec l’équipe organisatrice qui nous a aidé à y voir plus clair sur ces nouvelles formes de culture et sur la programmation de l’événement. Depuis 2013, les cultures digitales bénéficient en Belgique d’une belle visibilité grâce à la Quinzaine du Numérique. Cette année, la Quinzaine évolue et se transforme en festival qui réunit, du 9 octobre au 14 novembre, 28 évènements entièrement consacrés à la découverte des arts numériques à Bruxelles et dans les grandes villes de la Région Wallonne. A Liège, cinq évènements sont au programme, dont le BAM Festival.

Derrière le BAM on retrouve deux liégeois : Mike Latona, artiste vidéo puridisciplinaire, et Ronald Dagonnier, lui aussi artiste vidéo et professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Liège. Exposant leurs créations à travers les grandes capitales culturelles mondiales, ces deux férus du digital ont décidé de donner à Liège une belle visibilité dans ce domaine en pleine expansion. Depuis l’année dernière, ils proposent donc à leurs amis artistes de venir faire la fête en Cité Ardente et, en passant, d’y exposer une installation ou d’y animer un workshop.

La sauce prend et Liège s’éprend des cultures digitales puisque le BAM est de retour pour une deuxième édition, version augmentée. Neuf workshops sont désormais au programme, pour un seul l’année dernière. Animés par des formateurs internationaux expérimentés, les workshops sont ouverts à tous et ont pour but de familiariser les plus novices aux cultures digitales, et de faire découvrir aux plus initiés les dernières avancées dans le domaine. On pourra notamment s’initier à l’impression 3D et au mapping video, technique qui consiste à projeter une vidéo sur un objet.

La Caserne Fonck se transformera en grand terrain de jeu digital.

Si le BAM évolue dans son programme, cette année il change également de lieu. Le Cadran ayant assisté à la naissance du festival, les organisateurs ont choisi la Caserne Fonck pour donner à leur évènement la place dont il a besoin pour vivre son enfance en toute liberté. Et le thème de cette année s’y prête parfaitement puisque derrière Digital Playground se cachent des notions d’amusement et de jeu qui seront les fils conducteurs de cette édition. En accueillant les installations des artistes programmés, la Caserne Fonck se transformera en grand terrain de jeu digital dans lequel le visiteur sera invité à faire ses propres expériences numériques. On lui proposera notamment de s’immerger dans un full dome, une demi-sphère de six mètres de diamètres dont les parois intérieures accueilleront des projections.

Découvrir et accueillir des artistes venus d’ailleurs est toujours un plaisir, mais à Liège on aime aussi supporter notre scène locale et mettre en avant des talents belges, position que les organisateurs du BAM n’ont pas hésité à adopter. On ne ratera donc pas la conférence des verviétois d’Hermutt Lobby qui viendront présenter leur dernière application. Baptisée Playground cette plateforme évolutive et interactive permet à son utilisateur de composer ses sons et de réinterpréter à sa manière ceux d’artistes de la scène électroniques. Lors de la soirée d’ouverture de ce vendredi, on pourra également danser avec les belges de ATK! et de Squeaky Lobster. De nombreuses autres découvertes, et de surpises!, sont également à prévoir lors de ce weekend.

Ayant pour vocation de démystifier le monde un peu obscur des arts numériques, le BAM est précieux dans le paysage liégeois car il permet à la Cité de s’inscrire au classement des villes européennes qui ont déjà fait la part belle aux arts numériques, et qui y ont gagné en visibilité. Situé au coeur de l’Europe, le BAM a séduit un grand nombre de liégeois et de belges, mais compte également sur le soutient de participants provenant de tout le continent. Encore quelques éditions avec ce succès, et Liège et le BAM seront certainement des étapes primordiales dans le parcours des arts numériques en Europe.

BAM Festival, du 22 au 25 octobre à la Caserne Fonck.

Louise Lange

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s