Garage Door Trauma : un nouveau tournant

Après une année 2014 riche en évènements (la sortie d’un EP suivi d’une longue tournée), Garage Door Trauma nous revient avec un tas de nouveautés parmi lesquelles un premier album : Let Him Roam.

GDTphoto1

On vous avait présenté il y a déjà deux ans le premier EP très prometteur de Garage Door Trauma, No Recipe. Depuis, le groupe a enchainé les dates et les bons échos. Après une courte interruption pour recharger leur(s) batterie(s), les Liégeois se sont très vite mis à composer de nouveaux morceaux. La matière et la motivation ne manquant pas, l’enregistrement d’un album est devenu leur nouvel objectif.

Leurs compositions ont été agrémentées d’une bonne dose de clavier, conséquence de l’arrivée de Ludovic. Ça travaille dur, le groupe a besoin d’exprimer sa rage et son intensité. La matière est énorme, il faudra faire beaucoup de choix au moment de l’enregistrement. Pendant la gestation de Let Him Roam, le groupe écoute pas mal Kevin Morby, Timber Timbre ou Pulp. Le quintet reprend alors la route des concerts, avec notamment le tremplin de l’Open Stream festival en mars dernier. Un deuxième changement dans le groupe, le départ de Thomas qui cède sa place à Fabrice derrière les fûts, vient encore apporter une nouvelle dynamique.

Let Him RoamL’heure est ensuite à l’accouchement et c’est avec le très respecté André Gielen, connu essentiellement pour avoir produit les albums de groupes belges de la scène hardcore, que les GDT enregistrent dix morceaux dans le studio Hautregard à Chaineux. L’alchimie est totale entre les cinq comparses qui ont vision très précise de leur album. André Gielen, quant à lui, apporte sa griffe au son, très reconnaissable, des GDT. Pour leur identité visuelle, la pochette de l’album est le fruit du travail remarquable (encore une fois) de John Pan et les clips sont réalisés par Jean-Philippe Bonhomme. Tous deux ont su être à l’écoute du groupe et appréhender leur univers décalé et énigmatique : c’est au public de donner un sens aux morceaux. On retrouve particulièrement chez GDT l’idée de s’échapper par tous les moyens.

Les heureux parents seront fiers de vous présenter les 16 et 17 octobre au Live Club le fruit d’un travail d’à peu près neuf mois qui, à l’image du petit frère, est un album de qualité dans lequel on retrouve la force des mélodies, propre au groupe, combinée à la voix de Jean. Ces soirs-là, venez également rencontrer les parrains du bout d’chou : Nasty Plan, le groupe Britpop venu des Ardennes et Bacon Caravan Creek qui nous revient avec des nouveautés.

Julie Jüngling

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s