Les Ardentes – Jour 1 : du hip-hop, mais pas que…

Durant une première journée largement consacrée au hip hop US, le concert de The Dø constituait une véritable bulle d’oxygène pour les amateurs de pop-rock. Le duo français, fort du succès de son album « Shake, Shook, Shaken », a conquis le public du HF6 malgré quelques problèmes de son.

Les Ardentes 15

Le premier choix cornélien du festival n’a pas tardé à arriver. Sur la plaine, les locaux de Starflam retrouvaient le public liégeois pour un concert « comme à l’ancienne ». Des tubes à la pelle, des nouvelles compos, des revendications fortes, à l’image du maillot de la Grèce porté par Kaer et des quelques piques lancées à De Wever, Francken, Jambon et consort : la recette du collectif est restée la même et fonctionne toujours à merveille pour mettre l’ambiance.

Dans le HF6, plus ou moins au même moment, c’est un tout autre style qui attendait les festivaliers avec le groupe français The Dø. Après un concert aux Nuits Botanique annulé en mai dernier, la chanteuse avait retrouvé de la voix et comptait bien se faire pardonner par le public massé en nombre dans les entrailles des Halles des Foires. Délaissant sa traditionnelle combi orange pour une autre plus légère, Olivia Merilahti a rapidement mis tout le monde d’accord grâce à sa présence scénique et aux tubes issus de l’excellent « Shake Shook Shaken ».

© Dominique Houcmant - Goldo
© Dominique Houcmant – Goldo

Secoué, le public du HF6 l’a été. L’indie rock acidulé de la formation complétée par Dan Levy a fait danser et chanter les festivaliers, ceux-ci reprenant même en cœur certains refrains. Certes, les compositions du groupe tombent parfois dans la facilité, mais qu’est-ce que c’est bon et efficace ! Depuis la sortie de leur dernier album, auréolé de la Victoire de la Musique du meilleur album rock, The Dø semble avoir acquis une autre dimension.

Le temps d’un morceau, un baffle défectueux semble vouloir gâcher la fête. En vain. Olivia continue de chanter « I’m sorry for this » en boucle, comme pour s’excuser d’un élément sur lequel elle n’a pas d’emprise. Personne ne lui en tiendra rigueur, surtout au moment où elle entame un « Despair, Hangover & Ecstasy » dévastateur, avant de nous conseiller d’aller voir Rae Sremmurd, « son groupe préféré ».

Max Bastin

P.-S. : merci à Dominique Houcmant – Goldo pour son cliché !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s