Von Durden, la première claque de l’année au Live Club

Samedi dernier, le Live Club accueillait les Louviérois de Von Durden. Organisée par Vincent Timsonet, le papa rock’n’roll de la Cité Ardente, cette soirée promettait des riffs, des cris, de la sueur, des torses nus et, surtout, de danser sur la musique.

Von Durden

Chaque année, Vincent organise un festival de rock privé à son domicile pour son anniversaire. Pour ses _ _ piges (complétez le champ libre), le daddy cool voulait absolument avoir les gars de Von Durden dans son salon. Seulement voilà, le chanteur du groupe s’en va bientôt pour un tour du monde et n’était donc plus disponible pour le jour J. Peu importe, Vincent ne se laissa pas abattre et décida d’organiser une « before » en Roture. Vous l’imaginez, Bouchon Magazine ne pouvait rater ce rendez-vous sous aucun prétexte. Après tout, quel meilleur endroit que le Live Club pour passer sa propre soirée d’anniversaire ?

Von Durden, c’est déjà trois albums, dont les dernier est sorti courant 2014. Depuis son tube « Dance to the music », le groupe a continué à proposer un rock sans concession, brut de décoffrage, où le partage avec le public est le principal leitmotiv. Ce n’est donc pas un hasard si la plupart des morceaux de « III » ont été enregistrés en prises live. Club, désolé, transition pourrie. Nous arrivons sur les lieux. La foule est déjà bien compacte. L’ambiance est bonne, The Holmes semble avoir rempli sa part du contrat lors de la première partie. Nous, pendant ce temps-là, on était dans un resto indien qui a un peu trop duré. Désolé, les gars. C’était délicieux. Le temps de prendre un digestif au bar et le concert de Von Durden peut alors commencer.

Un style taillé pour la scène

D’entrée de jeu, le chanteur occupe tout l’espace. Les yeux plantés dans ceux du public, il capte directement son attention. Sa voix sonne incroyablement juste. Il chante, crie, s’éclate dans tous les sens du terme, au rythme d’une canette de Jup par morceau. Après en avoir renversé sur le plancher et peut-être un peu sur lui, il fait tomber le haut et dévoile un corps sculpté et tatoué, pour le plus grand plaisir de ces dames. Le public s’amuse et le groupe aussi, en atteste le sourire constant affiché par la guitariste durant le concert.

Musicalement, le style de Von Durden est taillé pour la scène. Les amplis crachent un son puissant qui claque bien, malgré cette impression que tout se ressemble un peu. On ne leur en tiendra pas rigueur, tant les Louviérois ont l’art de raviver la flamme avec des refrains bien sentis. C’est le cas sur le déjà mythique « Dance to the music », légèrement retravaillé pour l’occasion. L’hystérie collective s’installe, les gens jump, se font porter et manquent de peu de se casser la figure. Sans aucun doute le premier grand frisson de 2015 au Live Club !

La soirée touche à sa fin. Après un petit détour par le stand de merchandising, tout le monde sort finalement indemne de la salle. Vincent aura relevé son défi haut la main : avoir fait danser les gens sur du rock le temps d’un soir ! Merci et, d’avance, bon anniversaire à toi aussi !

Max Bastin

Advertisements

One thought on “Von Durden, la première claque de l’année au Live Club

  1. Bel article, je ne connaissais pas se groupe, mais je l’aime déjà ! Je l’ajoute à ma liste des groupes à aller voir. 🙂
    Encore merci pour se super article. Bye !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s