Les Girls in Hawaii se mettent à nu et en chemise

Ce mercredi 26 novembre, les Girls in Hawaii sont revenus se frotter au public liégeois. Quelques mois après un passage à la Caserne Fonck peu respecté par l’assistance, le groupe est de retour avec une tournée acoustique, Hello Strange.

© Dominique Houcmant - Goldo
© Dominique Houcmant – Goldo

Pour sa première date en Belgique, la tournée Hello Strange devait s’arrêter à Liège dans un lieu on ne peut plus prestigieux : l’Opéra Royal de Wallonie. C’était finalement trop beau pour être vrai et le concert s’est vu déplacer au Forum. On ne commentera pas la perte qualitative de ce changement malheureux. C’est comme ça, il faut s’adapter ou mourir…

Forts d’un retour plus que réussi avec un album envoûtant et une tournée parfaitement maitrisée, plus rien n’arrêtait les Brainois qui ont décidé de rempiler pour une tournée acoustique. C’est qu’ils sont gourmands, les GIH, ils veulent tout faire : jouer rock’n’ roll, puis jouer les enfants de chœur. On avait eu droit avec Everest à des concerts maîtrisés visuellement et musicalement avec notamment des anciens morceaux remis au goût du jour de façon plus pêchue que ce qu’on ne leur connaissait auparavant (Flavor).

Aujourd’hui, la sobriété était de mise dans le visuel : un simple jeu de lumière éclairant les musiciens par intermittence (et un écran dont on aurait pu se passer). Austérité dans la tenue également, Forum et tournée acoustique oblige, Antoine et Lio ont pu troquer leurs chemises de bûcherons contre une blanche éclatante. Sur scène, pas de décor, la place est laissée au plus important : les instruments. Et ils sont plus nombreux que d’habitude pour cette tournée acoustique, le challenge étant de réarranger et de revisiter les morceaux, notamment par l’ajout de nouveaux instruments.

Des morceaux revisités qui font mouche

Le set commence en douceur, avec quelques ajustements à faire au niveau du son. On retrouve avec plaisir l’ancien Bees and Butterflies qui aura manqué aux fidèles pendant quelques années. On apprécie également Mallory’s Height qu’Antoine égraine à la guitare, à laquelle vient ensuite s’ajouter le son inquiétant de la contrebasse, suivie du vibraphone. Le morceau qu’on attendait avec le plus d’impatience, c’est celui de Daniel, Couples On Tv, qu’on n’avait plus entendu depuis longtemps et qui se prête si bien à un concert acoustique.

La soirée prend alors son envol et monte en puissance. Le tempo s’accélère, on découvre un Rorschach transfiguré, beaucoup plus rapide. Une jolie performance et un beau défi d’avoir réécrit cette chanson. On a droit à la reprise de Neil Young (Heart of Gold), toujours efficace, même si on avoue qu’on aurait bien voulu réentendre leur version de Flywatters d’Eels. S’ensuivent notamment The Fog, The Spring et Switzerland, trois morceaux qui font mouche.

Le moment le plus grisant restera sans doute l’interprétation, en rappel, d’Organeum. Les six mousquetaires sont tous debout devant un unique micro. Le public retient son souffle pour écouter la superbe voix d’Antoine, accompagnée de la contrebasse et du vibraphone. De quoi finir la soirée en beauté avec une chanson des plus sobres et intimes.

Julie Jüngling

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s