Sandra Liradelfo en résidence au Centre Culturel de Chênée

Pour clôturer en beauté la fin de leur résidence musicale au Centre Culturel de Chênée, Sandra Liradeflo et ses musiciens y ont présenté, ces jeudi 21 et vendredi 22 août, le résultat de leur collaboration. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur travail a porté ses fruits !

Sandra Liradelfo
© Michel Veriter

Quatre fleurs rouges illuminent et bordent les coins de la scène. Quelques murmures dans la salle s’évanouissent. Les musiciens, tout de noir vêtus, font leur entrée dans cette atmosphère tamisée, suivis de près par Sandra dans une jolie robe rouge à pois. Le décor est planté, l’ambiance est donnée, le spectacle peut commencer.

Ce soir, Sandra nous présente le fruit d’une semaine de travail intensif à l’occasion de sa résidence musicale au Centre Culturel de Chênée. Et c’est tout un tourbillon d’histoires qui défile au gré des compositions de Sandra: de sa belle voix claire, elle nous parle de Séraphin, d’une mariée à Ostende, du photographe du supermarché, d’amitié, de Pavie, d’un appartement Boulevard de la Sauvenière, de dignité, de Madame B. Elle n’hésite pas à nous plonger dans son univers, à nous noyer sous les nombres, à nous faire danser sur la valse des choix.

Le spectacle est bien rôdé : les jeux de lumières habillent la scène d’ambiances variées et nous aident à nous immerger dans ses mondes bien particuliers à la poésie toujours bien pensée. Le spectacle mêle des nouvelles compositions, des plus anciennes réarrangées, des morceaux calmes et des plus rythmés, le tout dans un style très jazzy et magnifiquement porté par le talent des musiciens.

Pour ne rien gâcher à notre plaisir, ces derniers rivalisent d’ingéniosité et de complicité pour nous faire rire. Les interventions d’Antoine Dawans (piano, trompette, percussions légères) ponctuent le spectacle de clins d’œil bien placés et toujours amusants, Sébastien Dendal (violoncelle) va jusqu’à faire crier des mouettes au travers de ses cordes, et les boucles d’Olivier Cap (accordéon, percussions) interviennent à maintes reprises dans le fil du concert.

Et quand Sandra quitte son clavier pour nous interpréter les dernières chansons, c’est “Que du bonheur” ! Elle s’ouvre, vit ses textes, vit sa musique, s’offre à son public qui, ravi, en redemande et lui somme de jouer la chanson du Bocal. Ça y est, nous sommes définitivement capturés dans ses filets aux reflets noir et rouge… Merci Sandra !

Colombine Parthoens

Pour découvrir les compositions de Sandra, c’est ici. Sandra Liradelfo sera en concert le vendredi 17 octobre à la Maison culturelle de Quaregnon.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s