Liège Expo 14–18 – « J’avais 20 ans en 14 »

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la ville de Liège accueille l’une des plus grandes expositions réalisées sur le sujet. Celle-ci est déployée sur deux sites : la gare des Guillemins pour la partie « J’avais 20 ans en 14 » et le Musée de la vie wallonne pour la partie « Liège dans la tourmente ». Bouchon Mag vous donne son avis sur la première partie de l’expo.

J'avais 20 ans en 14 - Expo

« J’avais 20 ans en 14 » est une exposition d’une rare envergure. Au fil d’un parcours intelligemment conçu, le visiteur est plongé dans l’époque de la Grande Guerre grâce à des décors impressionnants et à une remarquable collection d’objets d’époque. De ce voyage dans le temps unique en son genre, on ressort à la fois admiratif et cultivé. Ça fait du bien de temps en temps !

Le circuit commence par une immersion dans le contexte historique de la Première Guerre mondiale : celui des rivalités entre les principales nations européennes. Ce prologue, bienvenu pour tout qui aurait perdu de vue son cours d’Histoire, permet de situer les différents protagonistes et de se remémorer les causes du premier conflit mondial.

Après cette entrée en matière se succèdent différents thèmes d’exposition, dans une sorte d’effet de zoom. D’abord vient tout ce qui relève du corps militaire : les chefs d’armée et leurs stratégies, mais aussi et surtout les soldats. Ils constituent en effet le cœur de l’exposition : uniformes, armements, conditions de vie matérielles et morales, etc. Tous les éléments présentés nous mettent dans la peau d’un Poilu. On retiendra particulièrement la reconstitution d’une tranchée, quelque peu idéaliste mais relativement réaliste.

J'avais 20 ans en 14Ensuite sont mis à l’honneur ceux qui — sans être soldats — furent intensément impliqués dans la Grande Guerre : brancardiers, infirmières, médecins… tous ceux-là prirent en charge d’innombrables blessés et participèrent ainsi à ce qui, pour l’époque, constitua une fameuse avancée médicale.

La partie suivante est consacrée aux civils, dont les habitations étaient souvent ravagées par les explosions. Le visiteur est amené à déambuler parmi les décombres d’une maison bombardée et incendiée. La reconstitution fait froid dans le dos !

J'avais 20 ans en 14Enfin, l’exposition se clôture en abordant le thème de la Résistance — réseaux de renseignement, journaux clandestins et espionnage — avant de faire peu à peu place à la victoire : l’intervention des troupes américaines, bientôt suivie du traité de paix. Cette victoire tant attendue est cependant entachée de nombreux troubles post-traumatiques ; c’est ce qu’illustre l’épilogue de l’exposition, une sorte d’expo dans l’expo consacrée à la chirurgie réparatrice des gueules cassées et à la reconstruction d’une société bouleversée.

« J’avais 20 ans en 14 » vaut largement le détour : c’est un événement exceptionnel et incontournable, l’occasion de se tourner vers notre passé collectif et de regarder d’où l’on vient. Si on peut lui adresser quelques critiques, comme le fait que certaines descriptions sont difficiles à lire voire absentes, il faut toutefois reconnaître la richesse de cette exposition, qui réussira même à surprendre les plus connaisseurs.

Noémie Aquilina

Infos et réservations : 04.224.49.38 / reserv@liegeexpo14-18.be.

Ouverture 7 jours sur 7 de 9h30 à 18h30 (billetterie fermée à 17h30). Nocturne tous les 1ers mercredis du mois jusqu’à 22h (billetterie fermée à 20h30). Exposition jusqu’au 31 mai 2015.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s