Dans la peau d’un membre du jury jeune au FIFPL

Du jeudi 24 au dimanche 27 avril, Liège a accueilli le Festival International du Film Policier pour la 8ème année consécutive, et cette fois-ci, j’étais de la partie. Durant trois jours, j’ai eu accès au huit films en compétition en tant que membre du jury jeune. Entre critiques, débats, problèmes techniques et belles rencontres, voici ce que j’ai vécu.

© Jean-François Kalin
© Jean-François Kalin

9h30 jeudi matin, le départ est lancé. Après une rencontre rapide de ceux qui vont m’entourer durant ces quelques jours, je me retrouve confortablement installée dans la salle 2. Le jury officiel, le jury international et quelques journalistes sont présents. Chut ! 10h00 pile, on ne traîne pas, Jamesy Boy apparaît à l’écran. Presque deux heures passées face à cette gueule d’ange (Spencer Lofranco), entouré d’une myriade d’acteurs de série talentueux. L’histoire est malheureusement trop américanisée à mon goût, certains clichés restent trop présents : violence-amour-rédemption. Classique. Le talent des acteurs sauve le scénario. Longue pause (le jury officiel aime se faire attendre après l’heure de table) et me voici devant Alpha. Le film espagnol te prend aux tripes grâce au jeu des acteurs et à son scénario. Les lumières de la salle se rallument et pourtant, je suis déçue. Le film est gâché par une dernière scène on ne peut plus mièvre. La bande originale était d’une inconstance rare, ce qui ajoute à ma déception. Un autre film espagnol m’attend à présent : Hermanos de sangre. Ah non ! Après 15 minutes, le film se coupe. On le verra le lendemain…

Vendredi 10h pile, me revoici salle 2. Je commence à m’y sentir un peu chez moi. Les sièges sont confortables et le peu de personnes dans la salle sont très sympathiques. Five years captive du début à la fin. Stefan Schaller aurait pu tomber dans le cliché et prendre parti, mais il n’en est rien. L’acteur principal, Sasha A. Gersak, est méconnaissable lors des flashback avant/pendant Guantanamo. Le film est dur : la torture est omniprésente et le réalisateur parvient à suggérer les pires moments. Après cette projection, il me faut un break, une bouteille d’eau, une collation et on attaque le suivant : Innocent Blood. Ici, le scénario tire en longueur et le jeu d’acteur ne convainc pas. Nous sommes dans un polar pur et dur (chose étrangement rare lors de cette sélection), mais cela ne suffit pas. Qu’importe, le très attendu Banklady va être projeté… Ah non. Changement de programme : ce sera pour plus tard. Me voici donc avec Hermanos de sangre. Nous sommes plongés dans l’humour décalé argentin. Des comédiens brillants ne me font malheureusement pas oublier cette réalisation bon marché. J’ai secrètement espéré découvrir un second « Crime farpait » mais il n’en est rien. Quatrième film de la journée : Banklady. À cause de ce changement de programme, je me retrouve, ô malheur, en projection publique. Heureusement, Nadeshda Brennicke m’a vite fait oublier ces bruits de nachos croqués la bouche ouverte par ma voisine. En parlant de bouche, celle de Nadeshda va vous faire tomber amoureux en deux secondes chrono. Brennicke interprète à la perfection le rôle de Gisela Werler, femme qui s’épanouit en braquant des banques. Le film nous transporte durant deux heures dans des décors sixties avec les Bonnie & Clyde allemands. Prenant.

Un trio de tête se détache : Jamesy boy, Banklady et Five Years.

Ce soir-là, le jury jeune a envie de tester la soirée au QG. Le pop corn et les boissons gratuites nous font de l’œil. C’est quand même agréable d’être bichonné comme on l’est. Le samedi arrive très vite avec un léger mal de crâne de la veille. Tiens donc. Nous ne sommes plus à un changement de programme près, l’ordre des deux derniers fims s’inverse et me voici plongée dans 7th Floor (Séptimo). L’angoisse, l’enquête, les soupçons : tout y est. Le génialissime Ricardo Darín m’emmène de rebondissement en rebondissement et fait grimper mon niveau de stress. Potin de festival : un membre du jury officiel a versé une larme durant la scéance. Je n’en dévoilerai pas plus. Temps de midi : le jury jeune va manger au Comptoir pour délibérer. Quoi de plus normal en ayant vu sept films sur huit, mais je ne m’étonne plus de rien. Le débat est lancé, les arguments fusent et je me rend compte que personne n’est touché de la même manière par le cinéma. Les argumentations vont être longues… Wendy Nazare prend son rôle de présidente du jury à cœur et nous propose une manière plus simple de fonctionner : notons les films en plusieurs points : scénario, montage/réalisation, jeu d’acteur, décors/costumes, bande originale et suspens/intrigue. Ça fonctionne ! Un trio de tête se détache : Jamesy boy, Banklady et Five Years. Entre deux blagues du manager de Wendy, une décision est prise. A l’unanimité, Five years sera notre choix final, si Milky Way ne nous fait pas changer d’avis… Milky Way ne nous a pas fait changé d’avis. Du tout. Grande déception pour moi qui attendais avec impatience cette collaboration entre la Suisse et la Belgique. Il faut cependant se rendre à l’évidence : le scénario est long, très long et les acteurs ne sont pas tous au point.

Lors du gala de clôture, tous les insignes ont été rendus. Le festival n’est désormais plus qu’un souvenir. Mais quel souvenir ! Malgré des problèmes techniques, des fêtes au QG qui manquent de prestige et de charme et une organisation parfois défaillante pour une huitième édition (!), l’expérience est à vivre. J’ai blagué avec Francis Perrin, j’ai découvert que Mylène Demongeot ne supportait pas que l’on s’assoit devant elle au cinéma, j’ai rencontré un Henri Guybet 100% comédien et 100% charmant et j’ai terminé le festival, sur scène, pour remettre notre prix à un Stefan Schaller très ému. L’année prochaine, je reviendrai. En tant que bénévole, oui, mais je reviendrai !

Sophie Brenu, membre du jury jeune du FIFPL 2014

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s