L’adresse du jour : 221B, Baker Street à Sclessin

Bouchon Magazine était présent à la première représentation de la pièce Sherlock Holmes, jouée actuellement par la troupe du théâtre de l’Aléna, rue de Berloz à Sclessin. Une plongée dans l’antre du maître de la déduction. 

© Kelly Thompson
© Kelly Thompson

Ambiance feutrée ce vendredi soir au théâtre de l’Aléna. Installés dans de vieux fauteuils moelleux, les spectateurs attendent patiemment qu’un son de cloche les invite à monter au premier étage. La paresse a fait place à l’excitation et à la curiosité. Après avoir arpenté un dédale de couloirs éclairés par la faible lueur des bougies, la foule entre dans le cabinet personnel de Sherlock Holmes. La pièce peut commencer.

En guise d’introduction, le célèbre détective résout l’affaire du diamant de la couronne. Assis sur des rangées de bancs disposés le long des murs, les spectateurs se familiarisent avec les personnages et se laissent charmer par le sens de la déduction de notre ami Sherlock. L’univers de Sir Conan Doyle se retrouve dans les moindres détails : du crâne reposant sur le bureau au violon négligemment déposé dans le porte-canne, pas de doute, nous sommes bien au 221B Baker Street.

Une fois le diamant retrouvé, le majordome invite l’assistance à descendre d’un étage. Des chuchotements accompagnent les bruits de pas. Les spectateurs arrivent enfin dans le cœur du bâtiment : une scène composée d’un grand escalier et d’une chambre surélevée, bordée de près par quatre rangées de fauteuils. Une musique facilement reconnaissable berce l’assistance. L’ambiance est cosy, mais il serait dangereux de s’y fier. Nous sommes à Stoke, chez les Roylott, où un terrible meurtre vient d’avoir lieu. L’affaire de la bande mouchetée peut commencer.

© Kelly Thompson
© Kelly Thompson

Les personnages défilent et livrent leur témoignage. Tous ont leur mot à dire, mais un seul semble taire la vérité. Un génie du mal se détache, pour le plus grand plaisir du spectateur. Les acteurs s’amusent à jouer avec les émotions. Celles des personnages, mais aussi les nôtres. De Sherlock à la servante en passant par l’épicier du coin, chaque caractère a son moment fort.

Après un entracte, un nouvel aller-retour entre le bureau du détective et Stoke, il est déjà minuit lorsque les spectateurs quittent le petit – mais charmant – théâtre de l’Aléna. Malgré quelques longueurs dans la pièce, la troupe aura réussi son pari : transporter, le temps d’un soir, les spectateurs dans l’univers so british de Sir Conan Doyle. Un pari qui, malgré l’adage, n’était pas si élémentaire au vu du faible budget dont dispose le théâtre. Une nouvelle preuve qu’avec un peu de passion et de talent, même les intrigues les plus obscures peuvent être résolues.

Max Bastin

Représentations les 15, 16, 23, 29 et 30 novembre et 6, 7, 13 et 14 décembre 2013 à 20h15. Tarifs : de 10 à 14 €. Renseignements : http://www.theatredelalena.be ou 04.254.21.11.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s